Nous sommes fiers d’être des ‘vignerons-paysans’, attentifs à la santé de ‘Dame Nature’. Notre vignoble est travaillé avec tout l’amour et la passion que nous partageons à trois. Epaulés par notre équipe, nous lui apportons une attention de tous les instants. "Chacun ici donne le meilleur de lui-même pour que le vin produit soit digne des meilleurs crus du Bordelais". Cela entraîne une remise en question permanente.
De gauche à droite : Jean-Pierre, Joël, Chantal, Didier, Sandrine, Hervé, Christopher, Pietro, Jacques
L'équipe du Château Mercier cet hiver :

L’âge moyen assez élevé de nos vignes, plus de 22 ans, montre notre volonté de conserver des ceps anciens produisant un raisin riche et concentré.

Nous privilégions l’enherbement naturel de toutes nos parcelles depuis 1984 :
* Le premier intérêt est de faire concurrence à la vigne en puisant une partie de sa nourriture en surface et l’obligeant à descendre plus profond. Ainsi les rendements sont mieux maîtrisés et plus réguliers.
* Aussi, l’herbe permet de conserver une plus grande biodiversité dans nos sols et de maintenir leur équilibre naturel, riche en micro et macro-organismes.
* Enfin les sols subissent beaucoup moins les effets des fortes pluies. L’érosion de nos coteaux est quasiment nulle. Nos sols restent porteurs et nous pouvons y passer en tracteur 24 heures après la pluie, ce qui est indispensable pour optimiser notre politique de traitement, un des grands principes de la culture raisonnée.

Menée en guyot double pour étaler la vendange avec 3 à 4 bourgeons seulement sur chaque bois.

Haut, il offre ainsi au feuillage le maximum d’ensoleillement, important facteur de concentration et de maturation.
.
Toutes nos vignes sont effeuillées d’un côté, fin juillet, en enlevant quelques feuilles autours des raisins. Cela favorise l'aération et réduit ainsi l’humidité souvent facteur de pourriture. Cette ambiance plus sèche et donc plus chaude, aide à la maturation.
Ce phénomène est amplifié par des herbes très courtes ou absentes sous les pieds. Cela limite aussi les risques de gelée printanière.
.
Rarement nécessaire du fait des méthodes culturales, elle permet de réduire le rendement pour une concentration maximale
.
3 à 4 semaines avant la récolte, nous passons éliminer les grappes qui ont un retard de maturité. Ainsi nous obtenons une vendange plus homogène sur chaque pied, surtout sur le cépage cabernet sauvignon.